Accès à l’information/Diffusion et mise en valeur/Exposition

Jenny Holzer et les X-Files

DHC/ART Fondation pour l’art contemporain présente:
JENNY HOLZER

Du 30 juin au 14 novembre 2010

L’exposition de Jenny Holzer combine un discours politique grave abordant des sujets comme la guerre en Irak et la guerre en Bosnie, avec une forme de présentation anti-spectaculaire comme la peinture de rapports d’archives, ou encore le défilement d’informations sur des panneaux DEL (Diodes électroluminescentes), plus proches de l’annonce commerciale.

Renonçant au «choc des photos», elle met en avant le «poids des morts mots», révélant ainsi le rôle primordial du texte, que ce soit dans la divulgation d’informations militaires ou dans la société de consommation.

Jenny Holzer a consulté des milliers de documents américains déclassifiés sur la guerre en Irak, devenus accessibles grâce au Freedom of Information Act (FOIA). Le FOIA a été signé le 6 Septembre 1966 aux États-Unis par le Président Lyndon B. Johnson. Cet acte autorise le dévoilement partiel ou intégral d’informations et de documents préalablement détenus par le gouvernement américain. Les documents touchés par cette mesure sont bien sûr définis par l’acte qui comporte de nombreuses exceptions, pour des raisons de sécurité nationale.

Wish List Blue white 2009
Peinture d’un texte déclassifié du gouvernement américain
Copyright © Jenny Holzer

Le FOIA a aussi évolué au cours du temps, il été ainsi limité par un Ordre Éxecutif du Président Reagan, puis son application s’est élargie durant l’administration Clinton, il est bien sûr à nouveau limité par le président Bush, tandis que le président Obama a émis le 29 décembre 2009 un nouvel Ordre Exécutif n°13526, permettant une classification rétroactive. C’est-à-dire que le gouvernement peut refuser une demande d’information, même si le document est susceptible de satisfaire aux critères du FOIA, si les autorités jugent que l’information aurait dû rester confidentielle.

Jenny Holzer a procédé de deux manières: en faisant des sérigraphies sur toile reproduisant ces documents comme c’est le cas pour les cartes d’invasion de l’Irak et les rapports d’autopsie, ou encore en transposant l’information sur des panneaux DEL, par exemple pour l’oeuvre Thorax.

De la même manière que les sérigraphies révèlent de façon criante, avec leurs très nombreux passages en noir, le travail des censeurs, des “x” symbolisent les passages censurés dans les oeuvres DEL. Le non-dit, omniprésent dans cette exposition, n’en est que plus éloquent, que ce soit dans la partie inspirée par les archives américaines ou dans celle impliquant ses propres textes, qui ont la forme de maximes acérées.

For Chicago, 2007
Installation: PROTECT PROTECT, Museum of Contemporary Art, Chicago, 2008
Texte : Arno, 1996
Photo: Attilio Maranzano

Une exposition brillante, au sens propre comme au figuré.

Adresse de la galerie DHC/ART:

451, rue Saint-Jean, Montréal (Québec), H2Y 2R5
Métro Square Victoria

Lire aussi sur le thème des archives dans l’art contemporain :

6 réflexions sur “Jenny Holzer et les X-Files

  1. Pingback: Cap sur les archives à DHC/ART « Les archives à l’affiche

  2. Pingback: Maryse Arseneault – Nature morte en huit tableaux « Les archives à l’affiche

  3. Pingback: Art-chive « Les archives à l’affiche

  4. Pingback: Vous n’aimez pas la vérité « Les archives à l’affiche

  5. Pingback: Attaché de David K.Ross « Les archives à l’affiche

  6. Pingback: Classifié de Claude Hamelin « Les archives à l’affiche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s