Arts visuels/Diffusion et mise en valeur/Photographie/Préservation et conservation

Le FIFA 2011 et les archives

Le FIFA (festival International du Film sur l’Art) se tiendra à Montréal du 17 au 27 mars 2011. On pourra y voir une sélection exceptionnelle de 227 films provenant de 22 pays. Ces œuvres permettront aux spectateurs de découvrir l’art sous toutes ses formes: architecture, arts médiatiques, BD, danse, design, jazz, littérature, marché de l’art, mode, musique, peinture, photographie, sculpture, théâtre. Cette année, mentionnons la présence dans le jury de Sylvie Richard (France), chef du service de développement éducatif et culturel à l’INA (Institut national de l’audiovisuel) dont le mandat est de valoriser les archives télévisuelles et radiophoniques.

Voici quelques exemples des films que vous pourrez voir au Fifa. Pour la programmation complète des 227 films, rendez-vous sur le site du Festival International du Film sur l’Art.

Beyond the Pale de Maureen Bradley

De très nombreux films du festival utilisent des images d’archives, nous n’en citons ici que quelques exemples :

Sur les traces de Marguerite Yourcenar, de Marilù Mallet: Ce film invite le spectateur à découvrir les lieux qui ont inspiré Marguerite Yourcenar ; un road movie en Europe, Amérique, Égypte et Inde au travers de lettres de l’écrivaine.

De Méliès au parlant, de Richard Bean : Un documentaire sur la naissance de l’industrie cinématographique avec des archives des cinéastes Jean Renoir, Marc Allégret, Marcel Carné, Georges Méliès, Jean Vigo et Julien Duvivier.

Paris, les années lumineuses, de Perry Miller Adato :  De 1905 à 1930, Paris est le berceau de l’art moderne : Braque, Hemingway, Ninjinski, Picasso, Modigliani, les artistes de toutes nationalités s’y retrouvent. Mêlant œuvres, interviews d’historiens de l’art, textes et archives rares, le film nous replonge dans l’atmosphère de la naissance de l’art moderne.

Maureen Forrester : La diva en hiver, de Donald Winkler : Son enfance à Montréal, son apprentissage en Europe, et la carrière internationale d’une des plus grandes interprètes de Mahler. Extraits d’archives, prises de vue plus récentes et témoignages de proches ou de collaborateurs témoignent de ses interprétations.

The Broken String – The story of a lost Language, de Saskia van Schaik : Une bibliothèque du Cap renferme 150 petits carnets, la mémoire du linguiste Wilhelm Bleek qui transcrivit une langue à clics sudafricaine, celle des San, disparue vers 1850. Ces carnets constituent une archive de la langue !Xam, une tribu aborigène du nord de l’Afrique du Sud. La Collection Bleek & Lloyd est maintenant inscrite au registre de la Mémoire du monde de l’Unesco.

Not Torn (Asunder From the Very Start)  de Steve Reinke

Ajoutons encore ces deux ovnis du cinéma expérimental qui n’utilisent pas des archives au sens strict mais apportent un regard sur la nature de l’archive, sur sa présence ou son absence :

Not Torn (Asunder From the Very Start) de Steve Reinke (9 min 57 s) : « Les archives ne sont pas le lieu d’entreposage de la mémoire culturelle, mais des rêves. La mémoire et les archives embrassent la mort, mais dans des positions contraires. Les archives constituent un mausolée qui se présente sous la forme d’un immense jardin. La mémoire est un zoo irradié dans lequel des animaux de toutes sortes vivent une incroyable mutation et meurent peu à peu . » Steve Reinke

Beyond the Pale de Maureen Bradley (16 min) : « Comment recréer un passé qui n’a pas été documenté ? Dans Beyond the Pale, j’ai inventé la vie et la mort de mon arrière-grand-tante, Kate Tubridy. Nous ignorions son existence jusqu’à ce que ma mère trouve son certificat de décès émis par l’asile de Longue-Pointe (Saint-Jean-de-Dieu), près de Montréal. Cette vidéo suggère que l’identité et l’expérience sont des processus toujours en mouvement. Nous tissons des histoires et des fictions pour donner un sens à ce qui est instable : la mémoire, l’histoire, la vérité. » Maureen Bradley

Le 29e FIFA prendra l’affiche à compter du 17 mars 2011, dans neuf salles du centre-ville, soit la Bibliothèque nationale du Québec, le Centre canadien d’architecture, le Cinéma de l’Office national du film du Canada, la Cinémathèque québécoise, le Goethe-Institut, le Musée d’art contemporain, le Musée des beaux-arts de Montréal, la Place des Arts et l’Université Concordia.

Des kiosques du FIFA seront en place dès le 28 février 1er mars à la Place des Arts et dès le 9 mars à l’Université Concordia.

Source des photographies : Gracieuseté du FIFA

Lire aussi :

Une réflexion sur “Le FIFA 2011 et les archives

  1. Pingback: À la découverte d’une langue oubliée « Les archives à l’affiche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s