Terminologie

Une nouvelle appellation pour la profession?

Dernièrement, un billet relatait l’inadéquation entre le marché du travail et le diplôme de maîtrise en archivistique et la confusion régnant dans le paysage de la formation en archivistique. Tandis que Daniel Ducharme dresse un portrait des différentes formations offertes et suggère de créer un baccalauréat en archivistique.

Au-delà de ça, on s’interroge sur l’appellation de la profession. En effet, « archiviste » semble peut-être plus refléter le travail effectué avec les archives historiques ou bien avec les archives médicales. Un sondage a été réalisé pour connaître les préférences des gens quant à la désignation de leur emploi et voici quelques-uns des résultats. Il ne s’agit pas d’un sondage scientifique, mais bien d’une certaine réflexion sur le titre de la profession au Québec.

Une question simple était posée: Parmi les choix suivants, lequel préférez-vous? Vous pouvez aussi en suggérer de meilleurs.

Les choix de réponse proposés étaient les suivants:

Spécialiste/expert-e/conseiller-e en gestion de l’information
Gestionnaire de l’information
Spécialiste/expert-e/conseiller-e en gestion intégrée des documents
Spécialiste/expert-e/conseiller-e en gestion de contenu
Spécialiste/expert-e/conseiller-e en gestion des connaissances et de l’information

Le sondage a été promu sur LinkedIn, sur les pages des associations ou groupes tels Association des archivistes du Québec, ARMA, Gestion stratégique de l’information (GSI). Les gens avaient un mois pour se prononcer.

60 personnes ont répondu au sondage. Parmi les réponses de celles-ci, deux tendances se dessinent: d’une part, il y a les personnes qui maintiennent que le titre « Archiviste » est toujours adéquat (20%) et d’autre part, l’expression « Spécialiste/expert-e/conseiller-e en gestion de l’information » occupe le choix de l’autre partie des personnes (27%).

17 autres réponses ont été proposées. Quelques suggestions ont été avancées, certaines sérieuses, d’autres loufoques:

Conseiller-e en gestion documentaire
Archiviste expert en gouvernance de l’information
Expert en gouvernance documentaire
Ingénieur en gestion documentaire
Gestionnaire de document

Les résultats au sondage ne distinguent pas les pays d’origine des répondants-es, leur statut ou les fonctions qu’ils-elles occupent.

Sans titre

À la lumière de ces résultats, on peut donc conclure que les personnes travaillant dans ce secteur d’activités sont partagées.

Ce questionnement survient dans d’autres types d’emplois, comme en fait foi André Gareau dans son article. Les avis partagés sur le titre d’une profession n’est pas uniquement le lot des archivistes. D’autres, comme les informaticiens vivent la même situation. « Cela n’empêche aucunement chacun de ceux-ci de porter un titre d’emploi particulier qui traduit plus explicitement leurs tâches spécifiques dans une réalité organisationnelle donnée. », selon M. Gareau.

Un titre est un peu comme un habit, l’apparence n’a pas d’importance, c’est l’individu qui fait la différence.

Natalie Bissonnette

2 réflexions sur “Une nouvelle appellation pour la profession?

  1. Pingback: La veille informationnelle ou Comment faire de la formation continue sans suivre de cours | Convergence

  2. Pingback: Résultats du sondage Nouveau titre pour Archiviste | Le blogue de Nyctale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s