Diffusion et mise en valeur

La Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie, un voyage dans les archives littéraires du Québec

Image

Salon bleu, dit de l’École littéraire de Montréal. 1895-1935 et cabinet de lecture de livres rares et précieux, notamment la bibliothèque québécoise d’Albert Ferland, des archives, manuscrits, dessins, etc., de celui qui fut l’un des fondateurs et iconographe de cette période, et celle d’Édouard Montpetit. Photographie utilisée avec la permission de la MlGD.

Image

Salon dit du Refus global à la Révolution tranquille, 1948-1960, dont vous voyez le mur consacré à Roland Giguère et Erta (1949); devant, le présentoir en chêne datant du XIXe siècle, hérité du Collège André-Grasset, contenant entre autres, un exemplaire du Refus global et les oeuvres de Claude Gauvreau. Photographie utilisée avec la permission de la MlGD.

Que vous soyez un amoureux de la littérature québécoise  ou un néophyte qui désire en apprendre davantage à ce sujet, la Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie est l’endroit où vous devez vous rendre. La collection considérable de livres et de documents d’archives de Gaëtan Dostie est rassemblée dans une maison patrimoniale datant de 1845 et ayant appartenu à Antoine-Olivier Berthelet, notable montréalais.

M. Gaëtan Dostie collectionneur, éditeur et vidéaste a entrepris dès 1955 de rassembler des imprimés, manuscrits, cartes géographiques, des poèmes-affiches, photographies et des vidéos qui témoignent de la littérature francophone en Amérique du Nord.  Il guide lui-même les visiteurs dans l’exposition Naissance de la littérature québécoise 1830-1970.

Visiter cet endroit magnifique c’est faire un voyage dans l’histoire de la littérature et de la poésie québécoise, de ses débuts jusqu’à  la Crise d’Octobre. L’exposition est divisée par salons :

  • Harfang des neiges (1830-1895) ;
  • Montréal, au temps de l’École littéraire (1895-1935) ;
  • Ouverture à la modernité, (1936-1948) ;
  • L’âge des paroles ;
  • Le Réel absolu et le Petit Musée de l’impression.

Par l’intermédiaire des documents d’archives, vous aurez la possibilité de voir et de comprendre l’évolution de la culture littéraire québécoise. Voici quelques exemples de la collection présentée dans cette exposition : des manuscrits et des livres de Louis Fréchette, Émile Nelligan, Claude-Henri Grignon et d’Anne Hébert. Il y a aussi un exemplaire du Refus global ayant appartenu à Claude Gauvreau et différents documents des poètes Gaston Miron et Roland Giguère. Sans oublier des archives des maisons d’édition québécoises Les Éditions de L’Hexagone (fondées en 1953) et  des Éditions du Parti Pris (créées en 1963).

N’hésitez pas à aller visiter ce lieu méconnu au centre-ville de Montréal qui vaut le déplacement!

Pour plus d’informations, consultez le site Web : http://www.algi.qc.ca/asso/mlgd/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s