Terminologie

Dématique et SAE (2) – De la dématérialisation des archives à la dématique

Les différentes définitions des archives decorrèlent, depuis longtemps, la donnée archivée (l’information) de son support. C’est bien la donnée qui fasse l’archive, non le support.

  • « éléments d’information, quel qu’en soit le support » (Loi constituant Bibliothèque et Archives du Canada)
  • « ensemble des documents, quelle que soit […] leur nature, […] conservés pour leur valeur d’information générale » (Loi sur les archives québécoises)
  • « ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support » (Code du patrimoine français, art. L. 211-1)

La dématérialisation des archives par numérisation de documents sur papier, parchemin ou tout autre support… est donc actée juridiquement, en fonction du procédé de numérisation, et la version numérisée peut même se substituer à l’original papier, celui-ci étant amené à être éliminé, dans de trop rares législations.

Toutefois, la dématérialisation des archives par numérisation a surtout un indéniable intérêt pour la diffusion des données à un large public, mais son coût devrait imposer des choix plus rationnels qu’ils ne le soient souvent, notamment quant aux archives actives ou semi-actives, sans valeur patrimoniale, d’autant plus lorsque cette numérisation ne dispense pas de la conservation papier, annihilant ainsi toute économie au niveau du stockage.

La réussite du passage à l’évolution numérique (je ne suis pas favorable au terme de révolution, cher au papa d’Apple, alors que nous ne soyons, dans le fond, que dans une évolution technique des supports, ne remettant pour autant pas en cause les principes de l’archivistique, dans notre cas ; cf. figure jointe) ne peut concrètement réussir que par une dématérialisation des documents d’activité, de bout en bout de leur cycle de vie, sans aucun passage par support papier, les documents numériques étant horodatés et signés électroniquement par chaque partie concernée et pouvant, à cet effet, être insérés dans des parapheurs électroniques.

Evolution supports

Toutefois, le terme de « dématérialisation » renvoie, dans l’esprit commun, à l’action, donc à la numérisation, occultant le numérique natif. À l’initiative de la Fédération pour la gestion du cycle de vie de l’information, le stockage et l’archivage (FedISA), on privilégiera donc plutôt le terme de « dématique » (dématérialisation de l’information sous toutes ses formes [supports, échanges, processus…]), qui, outre le fait d’interpeller votre interlocuteur, permette de s’affranchir de la vision réductrice de la « dématérialisation ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s