Préservation et conservation

Les Archives de la Légion d’honneur (1) – Historique et conservation

Pierre-Louis Olivier, brevet de chevalier sur parchemin, 30 avril 1818 (LH 3018)

Pierre-Louis Olivier, brevet de chevalier sur parchemin, 30 avril 1818 (LH 3018)

Les archives de la Grande chancellerie de la Légion d’honneur sont conservées dans différents sites :

  • au musée de la Légion d’honneur : les documents antérieurs à 1934
  • dans les locaux administratifs du palais de Salm : les documents postérieurs à 1934
  • dans les maisons d’éducation de la Légion d’honneur : leurs propres archives
  • au site de Fontainebleau des Archives nationales (ex-CAC) : le fonds LH (anciennement conservé par le CHAN, à Paris), ainsi que les dossiers de gestion des légionnaires décédés entre 1954 et 1977

Le musée de la Légion d’honneur conserve des séries d’annuaires de légionnaires (classés par ordre alphabétique, par date de nomination ou par grade), ainsi que les projets de décrets de nominations, examinés par le conseil de l’Ordre (1852-1934). Il conserve également les archives antérieures à 1934 :

  • documents administratifs (séries A, B, C et D)
  • ampliations (copies) de décrets de nominations et de promotions (série E)
  • dossiers de discipline et de secours (série F)
  • archives des maisons d’éducation et des maisons d’orphelines (série G)
  • historiques du palais de Salm (série H)
  • du musée (série I)
  • des Archives (série K)
  • documents relatifs à la fondation d’associations de légionnaires (série L)
  • autorisations de port de décorations étrangères (série M)
  • collection d’autographes (série J)

Les dossiers de gestion des légionnaires (la série la plus volumineuse de ce fonds) constituent le premier versement au Centre historique des Archives nationales (CHAN) de Paris, effectué par la Grande chancellerie, en 1974. Les dossiers de gestion d’époque impériale, victimes de l’incendie du palais de Salm, en 1871, sont très incomplets et, pour la plupart, ne sont que des reconstitutions de dossiers. Conservés à la Grande chancellerie et au musée de la Légion d’honneur jusqu’en 1974, ils furent transférés sur quatre sites :

  • légionnaires décédés avant 1954 : au CHAN (la base Léonore, consultable en ligne depuis 2000, permet une interrogation patronymique, chronologique et géographique de ces dossiers)
  • légionnaires décédés entre 1954 et 1977 : au Centre des archives contemporaines (CAC) de Fontainebleau
  • légionnaires décédés entre 1977 et 1990 : à la maison d’éducation de la Légion d’honneur de Saint-Denis
  • légionnaires décédés après 1990 : à la Grande chancellerie, qui conserve, en outre, les dossiers des légionnaires vivants et les microfilms des dossiers versés à Saint-Denis

Les dossiers de discipline, de secours, de pensions viagères et de subventions supplémentaires constituent, avec les dossiers de proposition, le second versement de la Grande chancellerie au CHAN, en 2002. Ils échappèrent, heureusement, à l’incendie du palais de Salm, en 1871. En effet, à partir de 1868, des travaux d’agrandissement, entrepris à la Grande chancellerie, entraînèrent le déménagement de certaines archives aux Invalides, dont ces documents ; ces derniers furent, ensuite, abandonnés dans la cave à charbon (!) du palais de Salm.

Différents exemplaires des dossiers de proposition de nomination étaient conservés en des lieux divers :

  • aux Archives départementales (série M), pour la préfecture, établissant le dossier
  • aux Archives du ministère concerné
  • aux Archives de la Grande chancellerie (ce dossier étant, en cas de nomination, inséré dans le dossier de gestion du légionnaire)

Mais, cela reste très théorique, puisque, au XIXe siècle, la Grande chancellerie n’eut pas les moyens matériels de conserver tous les dossiers de proposition. De facto, la Grande chancellerie n’a conservé intégralement que les dossiers postérieurs à 1950. Les Archives nationales conservent ces dossiers dans les archives ministérielles (série F) et dans le fonds LH (rarement, dans la série des dossiers de gestion). Tous les ministères ne versent cependant pas leurs archives aux Archives nationales :

  • les dossiers de l’ancien ministère des Colonies sont conservés au Archives nationales d’outre-mer (ANOM), à Aix-en-Provence
  • les dossiers d’étrangers sont conservés aux Archives du ministère des Affaires étrangères
  • les dossiers de militaires sont conservés dans les dépôts du ministère de la Défense
  • le ministère de l’Economie, des finances et de l’industrie conserve quelques dossiers

Ayant eu le privilège d’avoir la primeur de défricher le versement de 2002, pour la première fois en près de deux siècles assurément pour nombre de dossiers, conservés encore alors dans leurs cartons d’origine, si spécifiques à la période, permettant d’être empilés et tiré ensuite tels des tiroirs, je me ferai donc un plaisir de vous présenter ces fonds dans un prochain billet. En outre, comprendre la logique des matricules des légionnaires, ainsi que le code annoté sur les dossiers de discipline, fut une tâche archivistique si insolite que je vous l’exposerai par la suite. Je faisais alors mes débuts, bien modestes au regard de maintenant, dans l’archivage électronique, en réalisant le premier instrument de recherche (IR) en DTD EAD de la Section du XIXe siècle.

4 réflexions sur “Les Archives de la Légion d’honneur (1) – Historique et conservation

  1. bonjour, je vous pris de bien vouloir m’aider, comment faire des recherches pour avoir des renseignements sur mon arriére grand père qui était propriétaire chevalier de la légion d’honneur dans les années 1880.
    dans l’attente, je vous pries d’agréer mon plus profond réspect..

    • Bonjour,

      Il faut que vous consultiez la base Léonore, qui devrait vous donner au moins son n° de dossier s’il est bien disponible aux Archives nationales de France. Il vous faudra ensuite vous rendre sur place pour le consulter dans son intégralité, les dossiers ne sont pas numérisés.

      http://www.culture.gouv.fr/documentation/leonore/recherche.htm

      Bien à vous,

  2. Bonjour !

    Juste une petite précision : la série LH des Archives nationales se trouve elle aussi à Fontainebleau.

    • Merci bien. Les ayant laissées au CHAN à l’époque où je les classais, je pensais que les archives du fonds LH avaient été migrées sur le site de Pierrefitte. Il est somme toute logique de regrouper les fonds, le site de Fontainebleau étant approprié, ville impériale s’il en est…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s