Non classé

Hommage à Jean Favier

Jean Favier

Jean Favier

Par Gilles Héon, archiviste-conseil 

Ancien directeur général des Archives de France (1975-1994), puis président de la Bibliothèque nationale de France (1994-1997), Jean Favier est décédé le 12 août dernier à sa résidence parisienne. Récipiendaire de plusieurs décorations honorifiques en France et ailleurs en Europe, il accéda à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1985, l’une des cinq prestigieuses académies de l’Institut de France.

Le 7 septembre 1992, le président du Conseil international des archives (CIA), Jean Favier, accueillait 2 668 délégués provenant de 125 pays au Palais des congrès de Montréal pour participer au XIIe Congrès international  des Archives, le premier à se tenir au Canada. Il fut « un partenaire remarquable, exemplaire, reconnaissant et amical », comme le rappelle notre collègue, Claude Minotto, directeur exécutif de ce congrès, au cours duquel notre communauté archivistique a eu le privilège de côtoyer et mieux connaître M. Favier.

« Jean Favier a donné de la force à cette chaîne qui relie le Québec et la France (…). Il a jeté des bases solides de coopération entre les archivistes des deux continents ». Gilles Durand, 4 octobre 2014

Jean Favier est d’abord un médiéviste mondialement reconnu. Il a publié plus de vingt ouvrages, au-delà de 15 000 pages, sur le Moyen Âge. Ne mentionnons ici que ses biographies de Philippe le Bel et François Villon de même que son imposant Dictionnaire de la France médiévale qui font autorité. Et rappelons aussi sa participation assidue aux travaux du Comité international de sigillographie du CIA dont la langue de travail demeure le latin.

Après une carrière universitaire remarquée, il devint directeur général des Archives de France où il s’est vite imposé. Il a renouvelé une législation vétuste, voire doublement centenaire, de même qu’il a rénové le parc immobilier des Archives de France par la construction de plusieurs dépôts d’archives départementales et par celle du Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales (CARAN) ce qui a provoqué le réaménagement de plusieurs édifices qui forment le quadrilatère des Archives nationales à Paris même. Il a mis à jour l’État général des fonds des Archives nationales et l’État général des inventaires. De plus, toute la francophonie lui est redevable du célèbre ouvrage La pratique archivistique française, longtemps bible de tout archiviste francophone, de même que de la promotion du Stage technique international d’archives dont ont bénéficié plusieurs collègues québécois depuis 1968.

Érudit de haut vol, immense écrivain, organiste et rosiériste à ses heures, communicateur exceptionnel habitué des ondes et des tribunes, Jean Favier toucha de tout avec brio. Ami des plus grands, tel le président François Mitterrand  qui réunissait autour de lui les meilleurs experts français de diverses disciplines pour se tenir informer et en tirer conseils, Jean Favier est à la fois homme de verbe et de pouvoir : écrits recherchés, discours finement ciselés et réalisations remarquables balisent une carrière exceptionnelle. Il a marqué l’archivistique de son époque.


Consultez l’ « Hommage de l’Association des archivistes du Québec à Jean Favier 1932 – 2014 » également sous la plume de Gilles Héon sur le site Internet du Portail international d’archivistique francophone (PIAF) qui paraîtra dans le numéro 45,2 de la revue Archives.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s