Formation/Formation continue

Archivistes d’aujourd’hui : la formation continue ?

LivrelCouverture2014En continuité avec la sortie du livrel Archiviste d’aujourd’hui – Guide pratique, l’AAQ présente une série de billets en lien avec les thématiques abordées dans le livrel.

Le premier thème : la formation continue!

Nous vous présentons le résultat d’un vox pop sur ce thème. En ce début d’année 2015, allez-vous suivre une ou des formations? À quel(s) besoin(s) la formation continue répond-elle? Et quels sont les avantages à apprendre et à acquérir de nouvelles compétences sans cesse?

Prévoyez-vous suivre une formation cette année ?

Jacinthe : « Oui, j’aimerais si possible en suivre plus qu’une. Je serais intéressée par tout ce qui touche la gestion des documents numériques, l’implantation d’un système de GID, la gestion des courriels. Je vais également m’inscrire au congrès en mai. »

Mylène : « Oui! Je me suis inscrite au MOOC (Massive Open Online Course) Bien archiver : la réponse au désordre numérique. »

Mattia : « Depuis que je suis arrivé au Québec en 2013, je voudrais reprendre mes études de maîtrise en archivistique. Après un doctorat en Arts, spécialité danse, j’ai repris, en France, une maîtrise en archivistique. Même si j’avais déjà travaillé dans des archives, la formation m’a fourni une compréhension technique des métiers du milieu des archives, le rapport aux lois et aux réglementations, les choix de protection des documents, etc. Le document que j’avais analysé comme chercheur s’enrichissait de sa transformation matérielle durant la production d’archives. »

Yves : « Je prévois certainement suivre des formations cette année. Je compte suivre deux webinaires: le MOOC Bien archiver : la réponse au désordre numérique de France Université numérique et un second intitulé Conducting a Records Mamagement Audit de la Texas State Library and Archives Commission. J’anticipe aussi participer au Congrès de l’AAQ qui doit se dérouler à Tadoussac. »

Catherine : « Absolument! La formation continue est continuellement au cœur de mes préoccupations. Pour les deux prochaines années, je m’investis dans des études en gestion (DESS en gestion à l’UQAM). Parallèlement, je suis quelques formations par-ci par-là, en lien avec la gestion électronique des documents, la numérisation et les TI. »

Jeanne : « La gestion des courriels offerte par l’AAQ le 6 février à Montréal. »

Vivianne : « Oui !! Plusieurs. Seulement ce dernier mois, je me suis inscrite à un MOOC, Bien archiver : la réponse au désordre numérique, à une formation de l’ARMA sur le BI, à une formation de l’AAQ sur la gestion des courriels. De plus, j’attends avec impatience le congrès 2015 pour suivre des conférences et ateliers. »

Marie-France : « Oui. Je me suis inscrite au MOOC Bien archiver : la réponse au désordre numérique offert gratuitement et en ligne. Je ne sais pas encore si je vais suivre d’autres formations au courant de l’année. » 

Cette formation répond à quel(s) besoin(s) dans votre travail ou ailleurs ?

Jacinthe : « J’essaie toujours de suivre des formations qui seront utiles à mon travail. Comme je suis la seule archiviste dans mon organisation, je suis toujours à l’affût des nouvelles offres de formation qui pourraient m’apporter de nouvelles connaissances. »

Mylène : « Je remplis présentement un mandat pour Larochelle Groupe Conseil à l’Institut de recherche d’Hydro-Québec (IREQ). Plus particulièrement, la majorité du mandat porte sur la gestion des documents nés numériques d’une des unités de l’entreprise. Comme ce type de documents n’a pas été couvert parfaitement lors de mon certificat en archivistique, j’ai pensé que ce MOOC me permettrait de parfaire mes connaissances et m’aider à mener mon mandat à terme de manière satisfaisante. »

Mattia : « À Québec, je voudrais reprendre des études à la maîtrise ou au doctorat parce que je suis intéressé par son organisation en séminaires, pendant lesquels on réfléchit et on développe ses intérêts et ses compétences en dialogue avec des professionnels. »

Yves : « La formation répond tout à fait à des besoins de gestion documentaire et permet possiblement de fournir des pistes de solutions tout en découvrant les pratiques recommandées ou en vigueur dans d’autres milieux. »

Jeanne : « Absolument! Nous avons un urgent besoin de rédiger et de faire approuver une politique, procédure et guide pour encadrer l’utilisation du courriel à mon travail. Je considère également que c’est une compétence essentielle à acquérir dans mon métier. »

Catherine : « Mon principal objectif est de me familiariser avec les grandes fonctions de la gestion : comprendre la structure et le fonctionnement des entreprises, acquérir de nouvelles compétences en management, découvrir les tendances actuelles et futures, et enfin, déconstruire les notions apprises dans la discipline de l’archivistique afin de les adapter à celles du monde des affaires qui sont beaucoup plus proches de la réalité des gestionnaires et des décideurs. Il s’agit, d’après moi, d’un repositionnement indispensable à la profession. »

Vivianne : «1) Mon besoin de toujours apprendre !; 2) Besoin de connaître les avancées technologiques pour offrir les meilleurs services à mes utilisateurs;3) Besoin d’échanger avec des collègues. »

Marie-France : « Je vois cette formation comme une opportunité de parfaire mes connaissances sur le sujet. J’ai terminé la maîtrise au printemps 2014, mais je cherche à me maintenir à jour et à bonifier mes compétences. »

Quels sont les avantages que la formation continue et l’acquisition de nouvelles compétences vous apportent ?

Jacinthe : « La formation continue est très utile dans notre milieu. Les bases de  l’archivistique ne changent pas vraiment, mais tout ce qui l’entoure est en constante évolution. La formation continue me permet de rester à jour dans les nouveaux développements dans le domaine et d’être outillée quand de nouvelles problématiques se présentent. »

Mylène : « La formation continue et l’acquisition de nouvelles compétences me permettent de rester à l’avant-garde de mon métier et de remplir adéquatement les mandats qui me sont confiés. Effectivement, surtout au niveau des technologies qui prennent une place de plus en plus importante et omniprésente (!) dans la société, l’archivistique ne cesse d’évoluer et c’est parfois difficile de suivre le courant. La formation continue permet de pallier à cette difficulté. À un niveau plus personnel, je dois dire que j’ai toujours aimé l’école et la formation continue me permet de conserver mon intellect éveillé! Et c’est une superbe façon de rencontrer ses pairs et d’élargir son réseau de contacts. »

Mattia : « La formation n’empêche pas de continuer à travailler. Elle enrichit nos compétences. Elle permet de choisir de faire évoluer son présent professionnel et de tenter autre chose. Le désir de se former peut apparaître à tout moment d’une existence, en ouvrant des possibilités inattendues d’emplois futurs. »

Yves : « Les avantages que procurent la formation continue et l’acquisition de nouvelles compétences sont multiples. Elles permettent de se tenir à jour et de voir les nouvelles méthodes, les tendances ou les nouvelles pratiques mises en œuvre soit dans le milieu de la recherche ou des expériences réalisées par des collègues dans leur organisme respectif. Elles permettent aussi de confronter nos collègues sur des problématiques vécues ou de valider des prises de position ou des façons de faire. Les formations continues permettent de bénéficier d’un bassin d’experts dans des secteurs traditionnels, d’autres avant-gardistes et d’en découvrir des nouveaux. Elles permettent de confirmer que plusieurs collègues sont aussi confrontés à des enjeux ou vivent des situations similaires dans leur organisme respectif. »

Jeanne : « Notre métier est non seulement en perpétuel changement, mais c’est à peine si je pratique le même métier qu’il y a 5 ans! C’est assez radical comme changement! Il a fallu complètement me réinventer et c’est grâce à la formation continue que j’y arrive. L’offre de formation de l’AAQ s’est maintenue à la hauteur des besoins que nous avons maintenant et j’en suis très contente et fière de mon association professionnelle! »

Catherine : « Maintenir à jour mes compétences et par ricochet, mon employabilité. Je crois que la formation continue est essentielle et doit faire partie du quotidien de tous les professionnels. Nous ne pouvons pas nous contenter de faire simplement notre travail sans le questionner ou chercher à comprendre et connaître tout ce qui l’entoure. Il faut chercher à se positionner et aller toujours plus loin : creuser des problèmes, trouver des solutions, devenir des experts dans des domaines plus précis. Les problèmes réels dans les organisations sont des opportunités de développer des outils et des solutions d’avant-garde! »

Vivianne : « En échangeant avec des collègues, on se sent moins seuls avec nos défis quotidiens. Pas besoin de faire une grande pause pour retourner sur les bancs d’université; la formation continue donne souvent accès à de nouvelles compétences que l’on peut appliquer dès le lendemain au travail ! Finalement, la formation continue, c’est être proactif! »

Marie-France : « C’est un aspect crucial dans tout développement professionnel. Il est primordial de savoir se maintenir à jour dans le cadre de son emploi pour s’assurer d’offrir les services les plus efficaces et utiles possibles. C’est également une belle façon de bonifier son curriculum vitae, surtout lors de la recherche d’emploi, qui n’est pas toujours évidente à la sortie des bancs d’école. »

Merci aux Répondants !!

  • Jacinthe Claveau, archiviste, Service juridique et greffe, Ville de Sorel-Tracy
  • Mylène Bélanger, archiviste, conseillère en gestion de contenu d’entreprise chez Larochelle Groupe Conseil
  • Mattia Scarpula, chercheur-archiviste
  • Jeanne Darche, technicienne en documentation, Agence de la santé et des services sociaux des Laurentides
  • Vivianne Maréchal, archiviste, UQÀM
  • Catherine Fournier, consultante en gestion documentaire, Boite 83
  • Marie-France Vaillancourt, archiviste consultante

2 réflexions sur “Archivistes d’aujourd’hui : la formation continue ?

  1. Ce billet est très pertinent et montre qu’il faut toujours continuer à développer nos connaissances, notamment sous l’angle du numérique. J’insiste aussi pour mentionenr que même si ce sont toutes de jeunes archivistes qui ont été sondées via ce vox pop, les archivistes plus expérimentés sont aussi aux premières loges quand une nouvelle formation est annoncée!!

    • Bonjour François, je me rends compte que mon échantillon n’est pas représentatif. Il n’y a pas d’âge pour apprendre et les membres de l’AAQ le démontrent bien 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s