Archives au quotidien/Diffusion et mise en valeur/Histoire/Photographie

Archives au quotidien: le Manoir Taylor de Cumberland Mills

Par Sarah Drouin, étudiante à l’EBSI


Situé au nord de la ville de Saint-Georges de Beauce et accessible par une étroite route de terre, le Manoir Taylor de Cumberland Mills est ouvert au public depuis 2012. James Dean Hunter et Paul Geary ont investi près d’un million de dollars pour l’acquérir et en faire une auberge dont l’intérêt repose sur l’histoire de la famille Taylor qui l’a fait construire au début du 20e siècle. Cumberland Mills est un fief constitué le 27 septembre 1782 et acheté par une famille de Wood Horn en Angleterre. Le domaine est passé de père en fils jusqu’à ce que le dernier seigneur de la fratrie, Thomas John Taylor, fasse construire le Manoir Taylor en 1917, afin de pouvoir l’habiter avec sa famille.

Parce qu’il affichait un intérêt marqué pour l’histoire de cette famille anglaise, le propriétaire actuel a fait des démarches auprès de l’une des dernières filles de la descendance et lui a fait part de son désir de contribuer à la valorisation de la mémoire des Taylor. Peu avant sa mort, elle a décidé de lui léguer son fonds d’archives, afin que James puisse assurer la survivance de leur passage en territoire beauceron.

En faisant l’acquisition du Manoir et des archives qu’il contenait, James et Paul

Photos d'archives Manoir Taylor

©Drouin S. (2016). Photos d’archives au Manoir Taylor. Photographie numérique

souhaitaient en faire un lieu touristique reflétant l’histoire de l’ancien fief de Cumberland Mills. Leur projet consistait à reproduire le Manoir tel qu’il était à l’époque en utilisant les vestiges laissés par la famille. À l’aide des photos d’archives, des journaux manuscrits dans lesquels Edgar Taylor notait tout de façon méthodique, et de la générosité des voisins actuels de Cumberland Mills, les nouveaux propriétaires sont parvenus à recréer le décor original et à récupérer les meubles d’antan. Afin que l’entreprise puisse se suffire à elle-même, ils ont eu l’idée d’en faire une auberge offrant des séjours allant d’une nuit à une semaine. Les visiteurs ont le choix parmi les sept chambres anciennement occupées par les membres de la famille. Sur réservation, il est également possible de célébrer un évènement quelconque autour d’un bon repas dans la cuisine du Manoir. Lors de ces célébrations, Paul offre aux invités la possibilité de faire une visite guidée de la maison et de leur raconter l’histoire de la famille Taylor en se basant sur les photos et les artéfacts formant le décor. D’une certaine façon, l’histoire parle d’elle-même, puisqu’elle constitue l’essentiel de cette auberge. Quand on se trouve à l’intérieur du Manoir, on prend conscience des effets du passé sur le présent, car il s’agit, tel que James et Paul se plaisent à le rappeler, d’un véritable musée vivant.


Références:

Ce texte est une version révisée et augmentée d’un travail pratique réalisé à l’EBSI, Université de Montréal, dans le cadre du cours ARV1056 – Diffusion, communication et exploitation donné au trimestre d’hiver 2016 par Yvon Lemay.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s