Patrimoine

Les racines de l’Université de Hearst: Le rêve en couleur de Mgr Levesque

Par Danielle Coulombe, Université de Hearst

Né à Amqui, en 1908, Joseph Louis-Léon Nil Levesque est ordonné prêtre en 1932. Diplômé des Grands Séminaires de Rimouski et de Québec, détenteur d’une licence en philosophie et d’un doctorat en théologie de l’Université Laval, le jeune prêtre poursuit ses études aux Instituts bibliques de Jérusalem et Rome. Il étudie ensuite la psychologie et la pédagogie à l’Institut catholique de Paris et à la Sorbonne. En 1936, à son retour au pays, il devient professeur au Grand Sémin aire de Rimouski et en prend la direction en 1942. Au moment où il est nommé évêque de Hearst en 1952, il s’inquiète de la situation de l’éducation secondaire dans son diocèse, car la loi ontarienne interdit toujours l’existence d’écoles secondaires bilingues ou françaises.

Les quelques écoles secondaires bilingues accueillant des jeunes Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens sont financées par l’Église catholique. Seules les familles mieux nanties peuvent y envoyer leurs enfants puisqu’il s’agit d’écoles privées. Aucune de ces écoles n’existe dans le diocèse de Hearst, ce qui signifie que pour poursuivre des études au-delà de la dixième année, les jeunes doivent fréquenter des high schools anglais ou s’exiler vers les grands centres.

(C) Danielle Coulombe, Université de Yearst

Leader spirituel, pédagogue, ami des arts, des lettres et de la langue française, Mgr Levesque n’accepte pas la précarité dans laquelle se trouve la situation éducative de son diocèse. Afin d’y remédier, il annonce la fondation du Petit Séminaire de Hearst, le 15 mars 1953. Pour mieux préparer ses collaborateurs tout comme les parents des premiers élèves, il affirme que deux édifices permettront de loger pour commencer, les services essentiels d’une communauté pas trop allergique aux charmes de la pauvreté.1 C’est ainsi que l’on entreprend la rénovation de l’ancienne cathédrale, ravagée par les flammes en septembre 1951, mais dont les murs et la structure sont restés debout et utilisables. Au printemps 1953, on entreprend la construction de l’édifice qui servira de trait d’union entre l’ancienne cathédrale et l’évêché. En septembre 1953, le Petit Séminaire accueille ses premiers élèves.

D’abord fondée pour offrir une éducation secondaire puis universitaire aux adolescents du diocèse de Hearst, l’institution accepte ses premières étudiantes préuniversitaires (à l’époque l’équivalent de la treizième année) en 1963, et universitaires l’année suivante. Depuis l’institution a accueilli quelques milliers d’étudiantes et d’étudiants et compte 1132 diplômées et diplômés universitaires. Visionnaire, Mgr Levesque affirme en 1959 que l’institution représente une richesse, une mine dont personne ne peut prévoir l’exploitation future, même s’il prolonge son regard jusqu’à 25 ou 50 ans d’ici, qui est une courte période de la vie d’un séminaire ou d’un collège, lorsque ceux de nos anciens élèves qui seront devenus prêtres auront déjà des cheveux gris, ou que notre maison recevra les fils et plus tard les petits-fils de nos anciens élèves devenus célèbres dans les professions laïques les plus honorables et les plus utiles à la société.2

Ainsi prend forme l’institution qui va devenir l’Université de Hearst. Selon Mgr Levesque, en prenant connaissance de son projet, en 1953, la plupart des prêtres et des laïques considèrent que leur évêque rêve en couleur.3 C’était pour l’époque, une entreprise colossale et elles et ils avaient sans doute raison de s’inquiéter. Néanmoins, grâce à la détermination et au savoir-faire du fondateur ainsi qu’à l’appui des nombreux collaborateurs, qui se sont permis de rêver avec lui, mais surtout de travailler à la mise en place de structures en permettant la réalisation, ce rêve un peu fou a aujourd’hui pris la forme de l’unique institution postsecondaire entièrement de langue française en Ontario, c’est-à-dire l’Université de Hearst.
Mgr Levesque quitte Hearst en 1964 et devient archevêque du diocèse de Rimouski en 1967. Il meurt à Rimouski, le 12 mars 1998.

***

*Ce texte est préalablement paru sur le site des archives de Hearst, et a été reproduit avec l’accord de l’auteur.

Références :
1. Archives du diocèse de Hearst (ADH), L. Levesque, Circulaire au clergé, le 16 mars 1953.
2. ADH, L. Levesque, Circulaire au clergé, le 30 septembre 1959.
3. Levesque, Mgr Louis. Entrevue accordée à Danielle Coulombe. Rimouski, le 24 octobre 1988.

 

Une réflexion sur “Les racines de l’Université de Hearst: Le rêve en couleur de Mgr Levesque

  1. Pingback: Convergence:site des archivistes du Québec-varia – sourceserlande

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s