Patrimoine

Les fermières : Épanouissement et émancipation des femmes de Bellechasse

Par Clara Tremblay-Frenette, Archives Bellechasse

Au cours de l’été 2018, Archives Bellechasse a recueilli les fonds d’archives de quelques Cercles de Fermières bellechassois. Ces derniers regorgent d’informations intéressantes et témoignent de l’épanouissement et de l’émancipation des femmes de la région à travers ces regroupements.

Madame Adélard Bissonnette, de son vrai nom Alvine Catellier, initiatrice du Cercle des Fermières de Saint-Michel. 13 février 1921. Fonds du Cercle de Fermières de Saint-Michel-de-Bellechasse.(P029,S02)), Archives Bellechasse.

En 1915, deux agronomes, messieurs Alphonse Désilets et Georges Bouchard, créent le premier Cercle de Fermières du Québec à Chicoutimi. Au cours de la première moitié du XXe siècle, les Cercles de Fermières se répandent dans toute la province ce qui engendre des répercussions importantes et permanentes sur les Québécoises. La mission de ce regroupement, imprégné par un esprit de simplicité, de travail et d’entraide, demeure au fil des ans de promouvoir l’intérêt des femmes pour leur foyer, pour l’art culinaire ainsi que pour l’artisanat tout en favorisant leur émancipation.

Montage de trois pages d’un cahier conçu par les Fermières de Saint-Vallier afin de transmettre aux nouvelles recrues leur savoir quant aux méthodes d’utilisation du métier à tisser. Date inconnue. Fonds du Cercle de Fermières de Saint-Vallier. Fonds Famille Métivier ((P038,S04)), Archives Bellechasse.

À elle seule, la région de Bellechasse comprend une quinzaine de Cercles de Fermières. Marie-Léa Audet, épouse du célèbre distributeur alimentaire de Saint-Anselme Jean-Baptiste Cadrin, assure durant plusieurs années, vers 1950, la présidence de la Fédération des Cercles de Fermières et du district comportant la région de Bellechasse. La correspondance entre madame J.B. Cadrin et les Fermières de Saint-Vallier atteste de l’importance des bonnes mœurs et du travail assidu au sein de cette organisation.

Dans cette courte missive du 28 décembre 1954, madame J.B. Cadrin invite les Fermières de Saint-Vallier à combattre le nudisme vestimentaire et à demeurer vigilantes lors de la fabrication de vêtements.
Fonds du Cercle de Fermières de Saint-Vallier, (P038,S05), Archives Bellechasse.

Madame J.B. Cadrin rappelle aux Fermières de Saint-Vallier par cette lettre du 17 septembre 1956 de s’affecter avec diligence et vaillance à la confection d’articles pour l’évènement intercercle des Fermières comportant un jury.
Fonds du Cercle de Fermières de Saint-Vallier, (P038,S05), Archives Bellechasse.

Depuis leur avènement et encore aujourd’hui, les Cercles de Fermières ont à cœur le bien-être de la population. Il n’est d’ailleurs pas rare de les voir organiser des levées de fonds, fabriquer des vêtements pour les plus démunis et s’impliquer pour des causes communautaires. C’est ainsi que le 14 novembre 1950, les Fermières de Saint-Raphaël convoquent une réunion spéciale afin de discuter du décès tragique de l’abbé de la paroisse, Joseph Pelchat, dans un accident d’avion sur le Mont Obiou lors de son retour d’un pèlerinage à Rome. Afin de démontrer leur profonde tristesse pour tous les paroissiens touchés par ce malheureux évènement et faire acte de compassion, les Fermières décident d’annuler les festivités organisées autour de la fête de la Sainte-Catherine prévues le 22 novembre suivant.

Extrait du livre de procès-verbaux concernant la réunion spéciale du 14 novembre 1950 convoquée pour discuter de la mort tragique de l’abbé Joseph Pelchat. Fonds du Cercle de Fermières de Saint-Raphaël. (P038,S01), Archives Bellechasse.

***

*Ce billet est paru initialement sur le blogue de la Société historique de Bellechasse.

À propos de l’auteure : Clara Tremblay-Frenette est archiviste à la Société historique de Bellechasse depuis 2017. Elle détient un baccalauréat en études littéraires ainsi qu’un certificat en archivistique et est sur le point d’obtenir sa maîtrise en archivistique à l’Université Laval.

À propos de la Société historique de Bellechasse : La Société historique de Bellechasse a pour mandat de collecter, conserver, diffuser les archives de la MRC de Bellechasse, qui regroupe une vingtaine de municipalités situées au sud du fleuve Saint-Laurent, dans la région de Chaudière-Appalaches. La Société diffuse une publication trimestrielle, « Au fil des ans », et elle a publié plusieurs études et recherches sur l’histoire de Bellechasse. Elle organise également des ateliers et formations visant à promouvoir la conservation et utilisation des archives et la valorisation du patrimoine.

À propos du blogue des Archives-Bellechasse : À l’ initiative de la Société historique de Bellechasse, le blogue vise la valorisation des archives privées de Bellechasse. Son mandat est de « faire œuvre d’éducation culturelle en démontrant l’importance du patrimoine documentaire à la population, la nécessité de le protéger et l’utilité des contenus disponibles sur le site d’Archives-Bellechasse».

Pour en savoir plus :

CERCLE DE FERMIÈRES DU QUEBEC, Histoire et chronologie [En ligne], https://cfq.qc.ca/a-propos/histoire-et-chronologie/ (Page consultée le 1er octobre 2018).

HAMELIN, L. « Fin tragique d’un pèlerinage : L’affaire du Mont Obiou », dans Cap-aux-Diamants, vol. XXIII (1990), pp. 54–57.

Une réflexion sur “Les fermières : Épanouissement et émancipation des femmes de Bellechasse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s