Actualités

Naissance de la Fondation Archives et patrimoine religieux du Grand Montréal

Par Elaine Sirois, membre du Conseil d’administration de la Fondation Archives et patrimoine religieux du Grand Montréal et Directrice des archives Deschâtelets-NDC des missionnaires Oblats.

Le 26 septembre 2018, la Fondation Archives et patrimoine religieux du Grand Montréal a vu le jour. Fruit de quatre longues années de réflexion et d’engagement, elle a pour objectif de préserver les archives, publications et artéfacts des dix-neuf communautés religieuses qui en sont membres.

Plusieurs communautés religieuses font face, aujourd’hui, à une décroissance du nombre de leurs membres et doivent se départir de certains de leurs biens. Avec sagesse, elles pensent aussi au futur de leurs archives. Elles souhaitent une solution pérenne, pour en assurer l’avenir. Ce riche patrimoine témoigne d’une part importante de l’histoire de Montréal et de ses environs, du Québec et même du Canada et des pays de mission où les communautés ont œuvré.

Avec le patrimoine religieux, voyons les choses en grand. Car ce patrimoine dépasse largement l’aspect religieux. Nombre de communautés ont fondé et dirigé des écoles, des collèges et des universités. Elles ont bâti des hôpitaux et prodigué des soins aux hommes, femmes et enfants de ce pays. Certaines ont fondé des journaux, des revues et des stations de radio. D’autres, des associations de défenses des droits, des œuvres populaires et des organismes communautaires. C’est un patrimoine inestimable et c’est pourquoi les communautés religieuses mettent tout en œuvre pour en préserver les traces documentaires en se réunissant dans cette nouvelle Fondation des archives et du patrimoine religieux.

La réflexion sur la pérennité de ce patrimoine ne date pas d’hier. Elle a été initiée il y a plusieurs années par le Regroupement des archivistes religieux (RAR) et des communautés religieuses concernées « par la sauvegarde et la mise en valeur de leur patrimoine archivistique.[1] » De ce premier regroupement est née la Table de concertation des archives religieuses de Montréal (TCARM) en janvier 2014. L’objectif principal de la Table était de « mettre sur pied un centre de préservation et de diffusion regroupant des documents d’archives, des livres, des biens mobiliers et des œuvres d’art qui témoignent de l’histoire et de l’importance du fait religieux pour l’histoire du Québec.[2] »

Les membres de la TCARM avaient pour but commun non seulement de créer un centre d’archives comme solution pérenne à la préservation de leur patrimoine, mais aussi de :

  • « Mettre en commun les ressources des communautés afin d’atténuer les difficultés d’une recherche de solutions individuelle ;
  • Sauvegarder et maintenir ce patrimoine dans sa région d’origine afin qu’il conserve tout son sens ;
  • Faciliter l’accès au patrimoine en un lieu unique ;[3]»
  • « Diffuser l’histoire et le charisme ;
  • Utiliser des services partagés spécialisés en archivistique et en muséologie.[4]»

Plus précisément, la mission du futur centre d’archives serait la suivante : « Par sa vocation culturelle et sociale, la Fondation archives et patrimoine religieux du grand Montréal témoigne de l’histoire, de la mission et de la contribution à la société d’organismes religieux œuvrant ou ayant œuvré à Montréal ou ses environs. Grâce à la mise en commun de collections d’archives, d’artéfacts et de publications, elle se veut un lieu de conservation, de recherche, de diffusion et d’éducation ayant comme objectif de faire connaître cet héritage.[5] »

C’est un objectif ambitieux, mais ô combien louable. Les communautés religieuses veulent préserver leur patrimoine, mais aussi s’assurer de le rendre accessible. Le futur centre d’archives a pour projet de créer des programmes et proposer des services destinés au public. C’est une façon, pour elles, de perpétuer leur mission sociale[6].

Membres du premier Conseil d’administration de la Fondation Archives et patrimoine religieux du Grand Montréal.
Première rangée de gauche à droite : Chantale Turbide (Oratoire St-Joseph), Elaine Sirois (Oblats de Marie Immaculée), Sœur Bibianne Daigle (Religieuses Hospitalières de St-Joseph) et Sœur Rita Larivée (Sœurs de Ste-Anne)
Deuxième rangée : Éric Boisclair (Frères des écoles chrétiennes), Marie-Pierre Courchesne (Religieuses Hospitalières de St-Joseph), Frère Ronald Brissette (Frères de St-Gabriel) et Sœur Lisette Bisson (Sœurs du Bon-Conseil). Absente : Hélène Élément (Sœurs de Ste-Anne).

Les enjeux liés à ce type de projets sont énormes. En effet, chaque communauté a des besoins différents et il importe de bien les identifier pour être conscient des défis qui nous attendent. De plus, certaines étapes de la réalisation d’un tel projet ne sont pas nécessairement familières aux archivistes : établir un plan d’affaire et de financement, incorporer un organisme et en connaître les aspects légaux et… non le moindre, choisir un lieu pour construire ou aménager le centre d’archives.

Devant ce travail colossal et ne pouvant plus compter que sur des bénévoles pour faire avancer le projet, la TCARM engage un directeur à l’automne 2017. Monsieur Simon Bissonnette est choisi pour épauler la TCARM dans la création du centre d’archives.

Pour mieux connaître les besoins, M. Bissonnette fait une tournée des différents services d’archives des communautés. Il a constaté la variété des documents et artéfacts conservés, mais aussi les différents niveaux de description et les besoins particuliers en conservation. Des informations telles que la quantité de boîtes et d’objets à transférer sont capitales pour le bon déroulement du projet.

Certaines communautés religieuses ont aussi besoin de conseils, car elles sont déjà à penser à déménager leurs archives lorsqu’elles vendent les bâtiments qui les abritent. Pour certaines, c’est déjà fait. Elles entreposent à l’externe ou chez d’autres communautés religieuses qui leur rendent ce service en attendant l’aménagement du nouveau centre d’archives. Les besoins sont réels et parfois pressants pour plusieurs communautés. La TCARM et maintenant la Fondation joue un rôle de conseiller auprès de ses membres pour les guider vers les meilleures solutions pour la préservation de leur patrimoine.

Une autre tâche qui est vite arrivée sur le bureau de M. Bissonnette a été de réfléchir à une forme d’incorporation pour l’organisme. En effet, la TCARM n’avait pas d’existence légale et il devenait difficile, dans ce contexte, de prendre des engagements officiels. La TCARM s’est alors incorporée en un organisme à but non lucratif sous le nom de la Fondation archives et patrimoine religieux du Grand Montréal. Comme vous le savez, la Fondation existe de façon officielle depuis sa première assemblée générale du 26 septembre dernier.

Le choix d’un lieu pour le futur centre d’archives reste un enjeu central. En 2016, le RAR et la TCARM ont commandé une étude de préfaisabilité réalisée par une firme d’architecte. Celle-ci a permis de constater les multiples défis liés à la construction d’un nouveau centre d’archives, mais aussi l’opportunité unique qu’elle représente. Créer un nouveau centre de toutes pièces, avec des installations modernes et adaptées aux besoins du public des années 2000, c’est intéressant!

Pendant ce temps, la ville de Montréal mijote un projet. En mai 2016, le maire Denis Coderre avait annoncé l’intention de la ville d’acquérir le couvent des religieuses hospitalières de St-Joseph, situé près de l’Hôtel-Dieu, à l’angle des rues des Pins et du Parc. La transaction est précisée en décembre et le maire évoque l’idée d’y créer un centre d’archives religieuses[7].

En 2017, la ville dévoile le projet de la Cité des Hospitalières où elle souhaite héberger divers organismes à vocation communautaire en une Cité consacrée au vivre-ensemble[8]. Plusieurs organismes sont alors pressentis par la ville pour en faire partie, dont celui de la Fondation Archives et patrimoine religieux du Grand Montréal. C’est un projet qui a été pensé dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal et depuis, après un changement à la mairie, le projet sera ajusté en fonction de nouvelles orientations. Le centre d’archives reste le projet central de la Cité des Hospitalières dont la Ville de Montréal devient maître d’œuvre en avril 2019, au moment où les religieuses s’installent dans leur nouvelle résidence, laissant les bâtiments existants et l’ensemble du site à la Ville.

Le nouveau conseil d’administration de la Fondation a du pain sur la planche, c’est certain! Mais quels beaux défis que de créer un espace d’archives et de patrimoine pour les générations futures. Quelle belle mission que de préserver et mettre en valeur le patrimoine des communautés religieuses qui ont contribué à bâtir Montréal et notre société d’aujourd’hui. C’est un projet à suivre, assurément! Abonnez-vous à notre infolettre pour suivre les progrès de la Fondation et participer à ce projet exceptionnel dans le paysage archivistique montréalais!

***

[1] Regroupement des archivistes religieux. 2015. «Table de concertation des archives religieuses de Montréal (TCARM) » repéré à : https://regroupementarchivistesreligieux.wordpress.com/2015/05/21/table-de-concertation-des-archives-religieuses-de-montreal-tcarm/

[2] TCARM. 2016. « Projet de centre de préservation et de diffusion du patrimoine religieux à Montréal ». Dépliant. Montréal : TCARM.

[3] Idem.

[4] Marie-Josée Morin. 2017. “Autour de la Table de concertation : créer un organisme patrimonial pour témoigner de la contribution des communautés religieuses ayant œuvré à Montréal. » Présentation dans le cadre du congrès de l’AAQ, 2 juin 2017. Version repérée à : http://congres.archivistes.qc.ca/wp-content/uploads/2017/08/V9_Marie-Josee_Morin.pdf

[5] Fondation Archives et patrimoine religieux du Grand Montréal. 2018. Règlements généraux.

[6] Idem.

[7] Jeanne Corriveau. 2016. « Montréal achète le site des hospitalières pour 14,55 millions » in Le Devoir du 15 décembre 2016. Repéré à : https://www.ledevoir.com/politique/montreal/487074/patrimoine-montreal-achete-le-site-des-hospitalieres-pour-14-55-millions-de-dollars

[8] Ville de Montréal. 2017. « La Cité des Hospitalières ». Vidéo publiée sur YouTube et repérée à : https://www.youtube.com/watch?v=zCbOIGawv4s

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s