Congrès

Les défis archivistiques de l’Enquête sur les femmes et filles autochtones disparues et assassinées

Dans le cadre du projet Reporteurs étudiants 2019, nos reporteurs ont eu, entre autres, à rédiger des comptes rendus de conférences. Ce compte rendu a été rédigé par Paméla Gagnon.

Conférence : Séance : Archives et commissions ayant une incidence sur les peuples autochtones – Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

Conférencière : Karine Duhamel, Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

Cette conférence en trois parties a débuté avec les archives de la Commission royale sur les peuples autochtones par Johanna Smith. Fondée après la crise d’Oka, cette commission s’est intéressée aux problèmes vécus par les communautés autochtones. Malgré la remise d’un rapport final, les recommandations émises n’ont pas été suivies. Puis, la Commission de vérité et de réconciliation du Canada s’est attardée aux abus et à la discrimination vécus dans les pensionnats autochtones. Au travers de ces archives, l’évolution de la situation autochtone et de la réconciliation avec le Canada a été présentée par le conférencier Raymond Frogner. L’histoire des relations autochtones avec les non-autochtones au Canada ne date pas d’hier. Les archives soulignées lors des conférences précédant celle de Karine Duhamel en ont montré le fil d’Ariane.

Enquête nationale sur les femmes et filles autochtones disparues et assassinées

D’une durée de 34 mois, l’enquête nationale a reçu des témoignages et des créations artistiques pour comprendre ce qui s’est passé derrière la disparition et l’assassinat des femmes et filles autochtones et comment ces évènements ont impacté leurs familles et leurs communautés. L’enquête s’est déroulée à travers 15 audiences communautaires à travers les différentes provinces et territoires du Canada avant de produire un rapport final. Plus de 2 300 personnes sont venues témoigner sur le sujet. L’objectif était d’établir la vérité sur ces femmes et filles disparues et assassinées en laissant la place, par les témoignages, aux familles autochtones pour se faire entendre et demander justice.

Réclamer notre pouvoir et notre place

Le rapport de l’enquête nationale, remis le 3 juin 2019, est intitulé Réclamer notre pouvoir et notre place, faisant directement référence à l’objectif premier de l’enquête. Lors de la conférence, Karine Duhamel, directrice de la recherche pour l’ENFFADA, qualifiait le rapport plutôt comme une œuvre collective, ayant un apport plus historique que juridique. Par la commémoration des injustices subies, les autochtones espèrent faire appel à la justice. Le rapport final de l’ENFFADA,  en plus de certains témoignages et photographies, est accessible à tous via le site de l’Enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

 

GagnonP3_MMIWG_Final_Report_Vol_1a_French-cover

 

Témoignages et créations artistiques

Les archives de l’enquête nationale sont le résultat du long processus d’enquête à travers le pays, comprenant le recueillement des témoignages des familles autochtones et des ainés, gardien du savoir. Ils évoquent toute la violence vécue par ceux-ci. L’enquête a donné une grande ouverture aux victimes pour transmettre ce qu’ils ont vécu à leur façon. L’art a été particulièrement utilisé par les autochtones comme mode de communication. Toutes sortes de prestations artistiques, de la danse à la courtepointe renfermant des lettres dédiées aux femmes et filles disparues et assassinées ont donc été présentées à l’ENFFADA.

Ces témoignages et ces créations artistiques ont été produits pour instiguer le changement de la société vis-à-vis du drame vécu par les peuples autochtones. Le désir de se réconcilier avec les traumatismes subis se dégage dans plusieurs œuvres recueillies. Tout cela dans le but d’améliorer les relations entre autochtones et non-autochtones ainsi que d’être entendu du grand public.

Accessibilité et conservation

Cette liberté de transmission de leur vécu occasionne plusieurs problèmes aux archivistes de l’ENFFADA au sujet de la conservation. Il est question de matériel parfois éphémère et inusité. La préservation numérique est une solution immanquable pour certains d’entre eux. Cependant, les familles autochtones souhaitent que ces archives ne restent pas scellées dans des boîtes dans une voûte restreinte. Elles désirent plutôt qu’il soit possible de les toucher et d’interagir avec elles pour que leur puissant message soit perpétué. Inévitablement, cela pose un grand défi aux archivistes qui doivent faire des compromis entre la préservation des archives de l’ENFFADA et le respect des souhaits des familles autochtones, donc des auteurs de ces archives.

Défi

Pour les archivistes travaillant sur l’ENFFADA, la plus grande difficulté est la conservation et la diffusion de ces archives. Ils doivent évaluer les meilleures options pour répondre au désir de promotion des familles tout en assurant la conservation des archives dans le temps. Rappelons que pour les familles, ces archives ne sont pas de simples objets à conserver. Pour certains, il s’agit aussi d’un moyen d’exprimer leur peine et de chercher une certaine paix. Outre le moyen de conserver et de diffuser ces archives, il faut aussi trouver un endroit pour conserver celles-ci. La recherche d’une institution telle qu’un musée pour les œuvres artistiques est aussi sur la table de discussion. Toutefois, les archivistes de l’ENFFADA sont encore en processus d’évaluation.

Conclusion

La conférence de Karine Duhamel a été lourde en émotion, transposant le drame de la situation  de ces femmes et de ces filles autochtones au travers des archives de l’ENFFADA. Malgré la remise du rapport final de l’Enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, il reste encore beaucoup de travail à faire pour prévenir d’autres drames comme ceux-ci et pour faire connaître l’injustice subie par les peuples autochtones.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s