Gouvernance et culture organisationnelle

4 comportements clés pour réussir une transformation organisationnelle

Par , Chuck & Co*

Et si le succès d’un projet de transformation organisationnelle n’avait rien à voir avec la quincaillerie numérique qu’on essaie de déployer?

Et si ce succès reposait principalement sur le côté humain du changement?

Voici 4 comportements à adopter pour augmenter les chances de succès des projets de changement organisationnel.

ÊTRE TRANSPARENT 

La transparence, c’est l’art de dire les choses honnêtement pour donner toutes les informations nécessaires aux personnes concernées. Évidemment, il faut faire attention, car toute vérité n’est pas bonne à dire!

Il s’agit d’être franc par rapport à l’objectif derrière le changement, aux résultats attendus et aux attentes envers les membres de son équipe. Pas de bullshit ou de faux prétexte.

Dans un contexte de changement, la transparence permet de bâtir et d’entretenir deux choses : la confiance et le respect. Deux piliers incontournables pour évoluer solidement et durablement.

En se faisant présenter clairement la situation, les personnes impliquées se sentiront considérées et respectées, ce qui favorise l’adhésion au changement.

RASSEMBLER VOTRE ÉQUIPE AUTOUR D’UN BUT COMMUN 

Les gens n’embarquent pas dans un changement important « juste » parce que le gros bon sens indique que c’est la voie à suivre : le gros bon sens est subjectif et relatif. Ça prend une ou des raisons objectives, tangibles, pour mobiliser toute une équipe dans la voie du changement.

En fait, il s’agit de répondre à cette question essentielle : Pourquoi vos employés changeraient? (Indice : « Parce que je le leur demande » n’est pas suffisant!)

Pourquoi investiraient-ils du temps et de l’énergie à changer leurs façons de faire, qui « fonctionnent très bien comme ça maintenant »? Pourquoi bouleverseraient-ils leurs repères et leur rythme?

Bref, what’s in it for them? Quels bénéfices vont-ils retirer de votre projet?

Une des façons de convaincre votre équipe, c’est de proposer une vision d’un futur prometteur. Cette vision alignera votre équipe sur un même objectif motivant et concentrera ses efforts autour d’initiatives porteuses et stratégiques.

Une autre tactique efficace consiste à mettre l’emphase sur ce qui ne fonctionne pas, sur une crise tangible qui a des impacts négatifs sur les employés et qui pourra créer un sentiment d’urgence chez membres de l’organisation.

ÉLIMINER LES BARRIÈRES 

Plusieurs barrières psychologiques ou émotives peuvent se dresser dans la voie du changement. Heureusement, on peut en anticiper plusieurs!

Après tout, un changement peut prendre du temps à s’enraciner dans la culture : jusqu’à plusieurs années pour les changements plus complexes! Il faut éliminer le plus d’obstacles possible et offrir aux employés la liberté nécessaire pour apprendre, créer et innover.

Ainsi, dans tout changement, il arrive un moment où les gens doivent s’adapter à de nouvelles façons de faire et développer de nouvelles compétences. Ils peuvent alors ressentir un sentiment d’incompétence temporaire. Changer demande beaucoup d’énergie, et il est essentiel de les accompagner à ce moment crucial pour éviter tout découragement… et tout abandon.

Une règle importante consiste à ne pénaliser personne lorsqu’une erreur est commise. Favorisez plutôt l’autonomie en fournissant aux individus les outils nécessaires pour qu’ils corrigent eux-mêmes leur erreur. Ainsi, une fois qu’ils auront intégré leurs nouvelles compétences, ils commenceront eux-mêmes à promouvoir le changement, à aider leurs collègues et à améliorer les façons de faire.

FAIRE PREUVE D’INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE 

Faire preuve d’intelligence émotionnelle, c’est comprendre et maîtriser ses émotions, et composer avec celles des autres de manière à agir pour motiver et mobiliser positivement ses employés afin qu’ils puissent donner le meilleur d’eux-mêmes.

C’est aussi accueillir le changement plutôt que l’appréhender. Comme initiateur du changement, il faut évidemment considérer le changement comme positif plutôt que de vouloir rester dans sa zone de confort. En incarnant le changement dans votre quotidien, vous motiverez naturellement les autres.

L’empathie est également une caractéristique de l’intelligence émotionnelle. C’est la capacité de s’identifier à l’autre dans ce qu’il ressent, de se mettre dans sa peau. Dans l’effervescence d’un changement, cette capacité devient un atout incontournable.

En bref, la quatrième clé du changement consiste à aimer son équipe.

Oui, « aimer », c’est le bon mot! Après tout, c’est en grande partie grâce à elle que votre organisation tient debout et évolue.

Attention toutefois : aimer ne veut pas dire tout donner ou répondre au moindre besoin. Parfois, les demandes sont contraires aux besoins de l’organisation. Comme entrepreneur ou dirigeant, il faut savoir dire non lorsque c’est nécessaire. Or, dans des projets de transformation, ces moments peuvent être nombreux… et délicats. Votre intelligence émotionnelle s’avère alors d’autant plus précieuse.

***

* Ce texte est préalablement paru sur le blogue de Chuck & Co et a été reproduit ici avec la collaboration de Chuck & Co.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s