Archives au quotidien

Nelson Mandela et Montréal, d’hier à aujourd’hui

Par Gabriel Côté, étudiant à l’EBSI (Université de Montréal)

J’ai été extrêmement choyé de suivre l’an dernier à l’Université de Montréal un cours donné par Annaëlle Winand sur la diffusion des archives. À mon humble avis, il s’agit d’un des cours les plus révélateurs et vitaux de mon cursus universitaire. En guise de travail pratique, il nous fallut documenter une exposition d’archives à ciel ouvert. Une épreuve fort intéressante , il ne manquait plus qu’à trouver le thème de mon exposé, croyant naïvement à la simplicité d’une telle tâche. Cependant, ce n’est pas le manque d’expositions d’archives qui faisait obstacle à la progression de mon travail, mais bien l’abondance et la diversité de celles-ci. Après une semaine à creuser désespérément mes méninges pour arrêter mon choix, j’ai pris une marche dans les alentours du Vieux Port en cherchant une forme d’illumination. J’ignorais complètement  alors que mon sujet tomberait du ciel.

À mon grand bonheur, la ville de Montréal offrait alors une diffusion extérieure de ses archives photographiques sur le célèbre président de l’Afrique du Sud Nelson Mandela. C’est à travers l’exposition Montréal sur les traces de Nelson Mandela que moi-même et les passants montréalais pouvions revivre, devant l’hôtel de ville, le passage du premier président noir de l’Afrique du Sud. Cet événement reprend vie grâce aux photographies de Johanne Palasse.

Retrouvez ici la petite histoire derrière cette exposition

Dans un premier temps, l’exposition s’inscrit  dans le désir de souligner les 30 années écoulées depuis le passage du président à la métropole, mais également de commémorer ce personnage si charismatique qui a impétueusement lutté pour les droits de l’homme et contre l’apartheid. Une venue symbolique, comme nous le rappellent les archives, car ce dernier célébrait à l’époque sa libération après 27 ans d’emprisonnement. Comme le présente l’exposition, Nelson Mandela et sa femme Winnie Mandela s’étaient rendus sur le Champ-de-Mars suivi d’une foule et ont souligné le caractère exemplaire de la métropole en matière de diversité. Si j’ai choisi cette exposition parmi la masse, c’est qu’elle témoigne avec éclat d’un élément très caractéristique des archives; elle permet de lier des enjeux modernes et passés par leur entremise. Les dernières années ont été particulièrement tumultueuses : la montée des mouvements d’extrême droite, dont nous sommes tous malheureusement témoins, souligne l’importance de commémorer les souffrances passées, réaffirmer nos vœux et de redécouvrir ces plaies ouvertes que nous faisons trop souvent l’erreur d’oublier. L’exposition Montréal sur les traces de Mandela est un rappel que cette bataille parsemée d’avancées et de victoires encourageantes est loin d’être gagnée.

Si vous le permettez, j’aimerais clore cet article en vous faisant part d’une opinion plus personnelle. C’est cette couleur si caractéristique des archives qui m’a complètement conquis et m’a poussé sur la voie de l’archivistique. Sa remarquable capacité à vulgariser des décennies d’Histoire en un instant aux yeux ébahis du grand public. Ce peut être par l’entremise d’une image sur ferrotype d’une famille sans sourire, une lettre du front remplie d’espoir, tachée de larme et parfumée de poudre noire, ou encore l’enregistrement filmique du discours enflammé d’un pasteur s’écriant devant une foule d’opprimés « I Have a dream ». Comme j’ai eu la chance de le voir durant le dernier semestre, l’émotivité des archives est un aspect proéminent de celle-ci. C’est ce rôle si distinctif des archives que de faire revivre l’histoire par une émotion vivide et l’engouement à travers son récit.

***

* Ce texte est une version révisée et augmentée d’un travail pratique réalisé dans le cadre du cours ARV-1056 Diffusion, communication et exploitation, donné au trimestre d’hiver 2021 par Annaëlle Winand.

Sources:

Palasse, J. Février (2020). Montréal sur les traces de Nelson Mandela. Ville de Montréal. Repéré à http://docplayer.fr/181823307-Montreal-sur-les-traces-demandela.html

Anaëlle Winland. (2021). ARV1056 Diffusion, communication et exploitation [cours 11]. Bibliothéconomie et science de l’information, Université de Montréal. StudiUM.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s