Archives au quotidien/Arts

L’art de José Manuel Fors

Par Laura Estévez Vázquez, étudiante à l’EBSI

José Manuel Fors (La Havane, 1956) est un artiste cubain qui a travaillé fondamentalement la photographie et l’installation comme moyen d’expression. En 1976, il a été diplômé en peinture de l’académie d’art «San Alejandro», la plus ancienne et renommée école des beaux-arts de Cuba. Quelques années plus tard, il a commencé à étudier à l’Institut de muséologie de La Havane, formation qui a eu une répercussion importante dans son parcours artistique. Au début de sa carrière, on peut apprécier un artiste abstrait, plutôt lié au matiérisme, courant qui préconise l’ajout de divers matériels non traditionnels à la toile et qui laisse des zones très texturées.

Fors, José Manuel. (2009). Atado de memorias. Lieu : Couturier Gallery

En 1981, il a participé à l’exposition « Volume 1 », évènement qui a marqué un avant et un après dans l’histoire de l’art cubain contemporain. La décennie des années 80 a été connue comme la « Renaissance cubaine », une période artistique pleine de changements. Avant, la vision de l’art cubain était très fortement liée à un discours idéologique, qui reflétait l’incidence du contexte social et de la politique culturelle établie par le gouvernement.  Cependant, les œuvres exposées dans « Volume 1 » étaient très axées sur l’art qui se discutait internationalement à ce moment-là. Les artistes étaient donc motivés par des sujets tels que les racines du phénomène identitaire, l’histoire sociale, les héros ainsi que la morale, le tout chargé d’un haut contenu critique.

LAACS travel. (s.d.). José Manuel Fors [Image en ligne]. Repéré à http://www.cubanartnews.org/news/fors-wins-2016-national-art-award-in-havana/5685

Contrairement à la plupart des artistes de sa génération qui ont cherché l’inspiration parmi les processus sociaux ou les évènements extérieurs, Fors a misé sur l’art plus intime, qui parle de la mémoire collective et personnelle. Rapidement, il remplacera la peinture abstraite par la photographie et l’installation. Cependant, Fors ne se voit pas comme un photographe car il dit travailler les photos dans l’optique d’un peintre et considère la photographie plutôt comme un support.  L’image photographique est utilisée comme une partie de ses installations. Parfois, il s’agit du matériel qui lui sert de point de départ et d’autre fois,  il ne l’utilise pas du tout.

Fors, José Manuel. (2016). Palimpsesto. Lieu : Musée national de Beaux-Arts à La Havane.

La plupart de ses œuvres peuvent être cataloguées comme contenants archéologiques car dans ses pièces, Fors regroupe une diversité d’objets de la vie quotidienne, assemblés d’une manière visuellement esthétique et attirante. Pour plusieurs de ses travaux, il a utilisé les archives de sa famille comme un outil de narration unique qui offre des interprétations multiples.

Fors, José Manuel. (2014). Sans titre. Lieu : Collection privée.

Sa famille a eu une énorme influence dans sa carrière. Pour son père, qui était agronome, la photographie était un hobby. Il avait même une chambre noire à la maison. Mais l’amour pour la photographie remonte à son grand père, l’homme qui a introduit la sylviculture moderne à Cuba. C’est donc à partir de la mémoire familiale que José Manuel Fors a commencé à utiliser des archives comme matériel artistique.  Il a mis en dialogue des lettres, des photos, des cartes postales et toute sorte de documents, en cherchant la valeur de l’ensemble et en laissant le contexte de création de côté.

Les techniques utilisées par cet artiste sont très variées, mais en général,  afin de s’approprier les documents, il les prend en photo, les agrandit et les manipule ensuite. Ses études en muséologie et ses dix années d’expérience de travail comme muséologue au Musée national de beaux-arts à la Havane lui ont permis de créer des œuvres d’art dont l’espace est un élément très important et où les objets du quotidien et les documents d’archive prennent une valeur émotive. De plus, les formes sont très importantes pour Fors. Les divers éléments dans ses œuvres sont placés dans des endroits bien précis : l’artiste cherche une composition capable de transmettre des sensations, des états d’esprit, plutôt que de raconter une histoire déterminée. De ce fait, chaque individu qui regarde l’œuvre se raconte sa propre histoire en lien avec ses réflexions du moment. Sa façon d’aborder la notion de la ré-édition de la mémoire, à partir de chaque nouvelle lecture qui transgresse le temps et l’espace physique, est très intéressante.

En général, il veut nous donner un aperçu du passage du temps à travers le regroupement des documents tels que lettres, photos et certains objets du quotidien,  comme par exemple dans les séries : Las cartas (Les lettres), Atados de memoria (Attaché de la mémoire) et Palipsesto (Palimpseste). On pourra aussi dire que Fors réfléchit autour de la mortalité de l’être humain et à son incapacité à tout apprendre, à tout lire et à tout connaître. Le travail de José Manuel Fors est une preuve de l’expérience émotive des archives, « la poétique de l’archive » selon Anne Klein. À côté de sa valeur informative, de preuves et de témoignages, les documents ont aussi une  valeur esthétique. Fors nous invite à penser à l’histoire, à la transcendance, à l’universalité, à la mémoire, mais aussi à la beauté des matériaux âgés et à la beauté du temps.

Fors, José Manuel. (2015). Paraguas. Lieu : Couturier Gallery

Fors, José Manuel. (2016). Palimpsesto. Lieu : Musée national de Beaux-Arts à La Havane.

Fors, José Manuel. (1999). Atados de memoria. Lieu : Collection privée

 

 

***

* Ce travail a été réalisé à l’EBSI, Université de Montréal, dans le cadre du cours ARV 1056 – Diffusion, communication et exploitation donné au trimestre d’hiver 2018 par Yvon Lemay

Référence spécifique

Havana Cultura. (s.d.). Jose Manuel Fors. Repéré à http://havana-cultura.com/fr/node/2648

Référence complémentaire

José Manuel Fors. (s. d.). Dans Wikipédia, l’encyclopédie libre. Repéré le 25 janvier 2018 à https://en.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Manuel_Fors

Pino Santos, Carina. (2018) L’art de José Manuel Fors. Lettres de Cuba. Repéré à http://www.lettresdecuba.cult.cu/?q=articles/l%E2%80%99art-de-jos%C3%A9-manuel-fors.html

(s. a.) (2016, 3 novembre). Fors wins 2016 National Art Award in Havana. Acclaimed for experimental work in photography, installation art. Cuban art news. Repéré à http://www.cubanartnews.org/news/fors-wins-2016-national-art-award-in-havana/5685

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s